Lexus Stories

Powered by &

  • Edito
  • Style
  • Sens
  • Intelligence

Se tenir « droit », « debout » face aux pires extrémités, comme un repère. L’exigence de soi, la sculpture de soi, quand tout vacille. Une ‘juste’ question de style.

Se tenir « droit », « debout » face aux pires extrémités, comme un repère. L’exigence de soi, la sculpture de soi, quand tout vacille. Une ‘juste’ question de style.

Tailoring? La bourse et la vie.

iStock-509056456.jpg

Le tailoring ? Y’a même pas de traduction pour ça, c’est dire si c’est exclusif. Ne dites pas « sur mesure », ça fait couturière. Ne dites pas « haute couture pour homme » ça n’existe pas. Non le tailoring, c’est une histoire de la confection pour homme. De la mode masculine? Rien n’est moins sûr, et c’est bien ça qui rend la chose intéressante : le tailoring renvoie la mode à ses saisons, ses collections, qui veulent du motif camouflage une année, de la broderie italienne une autre, pour revenir au camouflage l’année suivante, etc etc. Le tailoring, il s’en fout du camouflage, ce n’est pas son problème. 

D’ailleurs le tailoring n’a pas de problème, seulement un défi : le "corps" des hommes, et ça ne se limite pas à la silhouette, ce n'est pas seulement physique, ça touche au concept.  Ce que le tailoring raconte, au-delà de la grande et belle histoire des ateliers Savile Row, c’est que l’Homme n’est pas unique ; l’Homme de la mode n’existe pas. Alors que les créateurs doivent plancher chaque année sur une story style  « mon Homme voyage de Hong Kong à New York mais se rêve en sandales de curé dans un port du Portugal », le tailoring, lui, fuit le "Prêt à penser". Il se concentre sur une dimension presque métaphysique : prendre « toute la mesure » de chacun. 

Ce n’est pas qu’une question de dimensions, de longueur d’épaules ou de jambes, mais de postures, d’habitudes de vie, d’allergies même. Le tailoring c’est un peu comme la kinésithérapie : une pratique qui, au quotidien, rallonge le temps de vie. Alors oui bien sûr, ça n’a pas de prix. C’est : la bourse et la vie. 

On comprendra dès lors que Le tailoring soit devenu un « style » dites-le à l’anglo saxonne, c’est mieux -  aujourd’hui revendiqué par plein de Maisons, de créateurs qui veulent juste ralentir le rythme. Car la mode ça fatigue, ils sont épuisés. « Le changement c’est maintenant, » nous a dit le président français qui ne savait pas s’habiller. Et bien  non... le changement c’est toujours.

iStock-500873190.jpg