Lexus Stories

Powered by &

  • Edito
  • Style
  • Sens
  • Intelligence

Comprendre le monde c’est l’inventer. Le manipuler. L’intelligence est un muscle… au bout des doigts.

Comprendre le monde c’est l’inventer. Le manipuler. L’intelligence est un muscle… au bout des doigts.

Alain Marhic à la force du poignet

Portrait_Marhic.jpg

Dans le marché saturé des montres qui surjouent les défis technologiques, Alain Marhic a imposé sa signature, March Lab. Le défi était de taille pour cet exercice de « style », de Design : redéfinir et réactualiser les codes seventies de l’horlogerie de luxe. Histoire d’une passion vintage. 

Créer une autre montre au début des années 2000, c’était aller contre la tendance « toujours plus grosse, toujours plus brillante ». Marhic cherche l’émotion des Omega, Bulova, Rolex… sur internet avec une idée purement esthétique : retrouver à son poignet « l’élégance de leur design rigoureux, le minimalisme japonais des Seiko, bref des petites montres racées qu’on ne trouvait plus que dans le très haut de gamme et encore… »  Problème  : comment travailler le style sans tomber dans le plagiat, dans le copié collé ? Cette difficulté, Alain Marhic l’a parfaitement identifiée ; mieux, il en voit une autre : « Il faut surtout éviter de polluer la montre avec une surenchère de design. Alors on a joué sur des signes : la couronne placée à 4 heures pour éviter qu’elle ne vous rentre dans le poignet quand vous faites du sport — je fais du surf —, le verre cheminée qui ressort de la boite, pas de chiffres mais des index barres pour les heures, les aiguilles qui ne sont pas pointues mais qui finissent en fourche, le brossage versus polissage de la boite. Le but n’était pas de créer une montre, mais de penser une collection avec un style marqué dans les détails, comme pour les voitures. » 

Et c’est tout un exercice de style qui demande du temps, plus d’un an et demi pour arriver à la forme parfaite : « Ca passe par un premier dessin 2 D, puis 3D, le prototype en résine pour les volumes, puis un second en acier pour des questions d’ajustement. Car tout se joue au millimètre près dans le design, dans le rapport du cadran à l’ouverture. Et surtout, on n’oublie pas le bracelet, trop souvent négligé par les marques, un mauvais bracelet peut faire basculer une belle montre dans le cheap. » Le bracelet c’est ça le secret, c’est lui qui fait le lien, qui vous ‘attache’ à votre montre.  
AM3 Grall.jpg HD-MARCH-OCT1525-2.jpg montre-green.jpg